Avertissement
Si vous arrivez directement sur cette page, sachez que ce travail est un rapport d'étudiants et doit être pris comme tel. Il peut donc comporter des imperfections ou des imprécisions que le lecteur doit admettre et donc supporter. Il a été réalisé pendant la période de formation et constitue avant-tout un travail de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations. Nous ne faisons aucun usage commercial et la duplication est libre. Si vous avez des raisons de contester ce droit d'usage, merci de nous en faire part . L'objectif de la présentation sur le Web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi les échanges professionnels. En cas d'usage du document, n'oubliez pas de le citer comme source bibliographique. Bonne lecture... 
Démarche qualité pour une plateforme d’analyse du mouvement
eddy_rouzel.jpg
Eddy ROUZEL
photo_paucton.jpg
Mickael PAUCTON
photo_daoudi.jpg
  Lamia DAOUDI
Référence bibliographique à rappeler pour tout usage :
Démarche qualité pour une plateforme d’analyse du mouvement , Eddy ROUZEL, Lamia DAOUDI, Mickael PAUCTON, Projet d'Intégration, MASTER Management de la Qualité (MQ), Mastère Spécialisé Normalisation, Qualité, Certification, Essai (NQCE), UTC, 2010-2011, http://www.utc.fr/master-qualite, puis "Travaux", réf n°166, Université de Technologie de Compiègne
RESUME

Dans le but de justifier de la fiabilité de ses résultats d’analyse, le groupe analyse du mouvement de l’UMR 6600 souhaite mettre en place une démarche qualité et obtenir dans un avenir proche une accréditation COFRAC portant sur la norme ISO 17025 d'ici 2 à 3 ans.
Une autoévaluation d'une de leur activité, l'Analyse Quantifiée de la Marche, à partir d'un outil d'autodiagnostic sur cette norme, a permis de mettre en évidence la priorité d'améliorer , dans un premier temps, la garantie métrologique.
Etant donné son activité de recherche, Les chercheurs du groupe d'analyse du mouvement de l'UMR 6600 sont amené à développer leurs propres procédures et méthodes pour leurs pratiques quotidiennes et l'ISO 17025 exige de s'appuyer sur des méthodes normalisées ou validées.
Prenant en compte ses éléments, la démarche qualité de l'analyse Quantifiée de la Marche a été demarrée à partir de la norme ISO 10012 qui permet a tout laboratoire de recherche d'utiliser ses propres méthodes d'obtention des  résultats et de les faire reconnaitre par les organismes accréditeurs comme méthode de validation métrologique.
Cette première étape permettra aux chercheurs de garantir leurs résultats de mesures et d'attester de la fiabilité de leurs équipements auprès de la communauté scientifique et, de poser la première pierre pour devenir une référence pour les autres laboratoires travaillant sur l’analyse du mouvement.

Mots clés : Accréditation, analyse quantifiée de la marche, MOCAP, ISO 10012, capture du mouvement, VICON,  qualité.

ABSTRACT

Aiming at justifying the reliability of its results steaming from analysis, the Motion Analysis Group of the UMR 6600 wishes to set up a quality approach and to obtain in a near future the COFRAC accreditation related to the standard ISO 17025 in 2 to 3 years.

A self-assessment of their activity, the Quantified Gait Analysis, from a self-diagnostic tool of this standard, has highlighted the priority of improving, at first, the metrological guarantee.
Given its research activity, researchers of the Motion Analysis Group of the UMR 6600 are brought to develop their own procedures and methods for their daily practices and ISO 17025 requires reliance on standardized or validated methods.
Taking into account its elements, the quality process of Quantified gait analysis has been started from standard ISO 10012 that allows any research laboratory to use its own methods for obtaining results and to gain recognition by agencies accreditors such as metrological validation method.
This first step will enable researchers to ensure their measurement results and certify the reliability of their equipment to the scientific community and lay the first stone to become a reference for other laboratories working on motion analysis.

Key words :  Accréditation, quantified gait analysis , MOCAP, ISO 10012, motion capture, VICON, quality


        Remerciements

        Nous tenons à remercier M. Gilbert FARGES, le tuteur de notre projet d’intégration, qui nous a permis, grâce à ses conseils, de mener à bien ce projet.

        Nous remercions également M. Jean-Pierre CALISTE, Qui a partagé avec nous ses idées et ses conseils lors des différentes présentations d’avancement.

        Nous sommes très reconnaissants envers M. Fréderic MARIN (Enseignant-Chercheur et responsable de l’activité capture du mouvement) et ses collaborateurs, Mme. Laetitia FRADET, M. Nicolas VIGNAIS
        et Mlle. Taysir REZGUI, pour le temps qu’ils nous ont consacré, les informations qu’ils nous ont fournis, nous permettant ainsi, de faire avancer ce projet.

        Un grand merci, également, aux étudiants de la promotion 2010-2011 du Master Management de la Qualité et du Mastère NQCE qui ont assisté à nos présentations et avec qui nous avons
        partagé des moments importants

. 2



SOMMAIRE


I.    Introduction

II.    Description de la situation
    1. Contexte
    2. Enjeux
    3. L'activité "analyse du mouvement" de l'UTC

III.    Présentation de la norme ISO/IEC 17025

IV.    Clarification de la problématique
    1. QQOQCP
    2. Planification Dynamique Stratégique
    3. Risques projets

V.    Bilan intitial de l’analyse quantifiée de la marche ( AQM) au sein de l’UTC
    1 Cartographie des processus de l’AQM
    2 Déroulement d’une manipulation
    3 Autodiagnostic du groupe analyse du mouvement
            3.1 Présentation de l’outil d’autodiagnostic
            3.2 Interprétation des résultats

VI.    Mise en œuvre des solutions
    1 Choix du référentiel approprié
    2 Présentation de la norme ISO 10012
    3 Confirmation Métrologique
                3.1 Identification des matériels utilisés
                3.2 Obtention des certificats d’étalonnage
                3.3 Traçabilité du matériel


VII.   Conclusion
     
VIII      REFERENCES BILIOGRAPHIQUES

IX ANNEXES


retour sommaire



Table des figures

Figure 1 : liste des centres d'analyse quantifiée de la marche en France
figure 2: Carte des centres d’analyse quantifiée de la marche en France
Figure 3: norme iso 17025, source site axess
Figure 4 : grille de synthèse du QQOQCP
Figure 5 : Planification Stratégique Dynamique
Figure 6 : risques projets et alternatives
Figure 7 : Cartographie des processus du mouvement de la marche

Figure 8 :
Processus de l'Analyse Quantifiée de la Marche (AQM)
Figure 9 : Extrait de la grille d'autodiagnostic – Processus
Figure 10 : Résultat graphique par approche processus
Figure 11 : résultat du chapitre relatif aux exigences managériales
Figure 12 : résultat du chapitre relatif aux exigences techniques
Figure 13 : tableau comparatif des référentiels applicables au projet
Figure 14 : Architecture de la norme ISO10012
Figure 15 : Chapitre 7 de la norme ISO10012
Figure 16 : descriptif d’obtention des certificats d’étalonnage
Figure 17 : schéma du processus d’étalonnage des plateformes de force
Figure 18 : processus d’étalonnage pour le système VICON
Figure 19 : processus d’étalonnage de l’électromyogramme
Figure 20 : fiches de vie des équipements et fiche de suivi d’anomalies
26


retour sommaire



Glossaire







I.    Introduction

Dans le cadre de l’UE QP10 du Master Management de la Qualité de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), un projet de mise en place de démarche qualité sur une activité de recherche a été proposé par M. Frédéric Marin, enseignant-chercheur à l’UTC.

Au départ, le projet consistait  à mettre en œuvre une démarche qualité, pour une recherche en biomécanique, basée sur l’ISO 17025 [1] et plus particulièrement au sein du groupe d'analyse du mouvement afin de pouvoir, dans un futur proche, prétendre à une accréditation type COFRAC [2].

Le groupe « analyse du mouvement de l’UTC » étudie les mouvements du corps humain et notamment le mouvement de la main et de la marche

La première approche du projet a été concentrée sur les moyens à mettre en œuvre pour obtenir l’accréditation.

Il s’est avéré rapidement que ce n’était pas la priorité et qu’il fallait d’abord concentrer les efforts sur une activité précise avant de prétendre envisager l’accréditation de l’ensemble de l’activité.

En commun accord avec les chercheurs et Mr Farges qui est le tuteur de ce projet, il a été décidé de s’intéresser dans un premier temps à la mise en place d’une démarche qualité sur  l’activité  d’analyse quantifiée de la marche (AQM).

Désormais, l’objectif est, donc, d’étudier cette activité, d’en faire le bilan à l’état initial sur la norme ISO 17025 [3] et, de proposer les actions "qualité" à mettre en œuvre pour lancer une démarche qualité permettant de se conformer aux exigences d’une norme appropriée aux laboratoires d’analyse et d’essai.

Un autodiagnostic de l’activité AQM vis-à-vis de la norme ISO17025, permettra d’identifier les points faibles actuels et ainsi, définir les actions à entreprendre en priorité.


retour sommaire


II.   Description de la situation





1 Contexte


Actuellement, 12 laboratoires de recherche en Analyse Quantifiée de la Marche (AQM) sont recensés en France et d’autres sont en cours de création.

labo_france

Figure 1 : liste des centres d'analyse quantifiée de la marche en France d’après [4]

carte_france

Figure 2 : Carte des centres d’analyse quantifiée de la marche en France [4]

Il existe également de nombreux laboratoires de recherche en analyse du mouvement à travers le monde qui travaillent sur l’analyse du mouvement, mais ceux –ci ne sont pas totalement répertoriés.

L’AQM étant une activité de recherche en constante évolution, de nouveaux laboratoires sont créés régulièrement.


A l’heure actuelle, il n'y a pas de référentiel qualité pour l’analyse du mouvement.

Cependant, des groupes de réflexion ont été constitués, pour initier cette démarche au niveau de l’activité d’analyse quantifiée de la marche, au sein de plusieurs sociétés savantes.

Les sociétés travaillant à ces travaux sont:

Un contact établi auprès de la SOFAMEA a permis d’en apprendre davantage sur les travaux en cours.

Plus qu'une démarche qualité, ces groupes de réflexion cherchent à proposer une charte de bons usages de l'AQM abordant plusieurs points:


Il faut noter que la première partie de ce travail a permis au groupe de la SOFAMEA, de dresser un portrait sur une quinzaine de laboratoires d'AQM francophones, et de mettre en exergue les ressemblance et les divergences dans la façon de réaliser ces examens dans les différentes structures.

retour sommaire

2. Enjeux


Les enjeux liés au développement d’une démarche qualité dans le domaine de la recherche sont variés :

    •    Enjeux scientifiques : garantir la traçabilité et la robustesse des résultats ainsi que la créativité scientifique afin de répondre plus efficacement aux problématiques majeures de la société.
    •    Enjeux financiers : optimiser les moyens, capitaliser les savoirs et les savoir-faire scientifiques, prouver sa capacité organisationnelle.
    •    Enjeux sociaux et environnementaux : établir les risques liés à l’exploitation de nouvelles connaissances, résoudre des problèmes cruciaux.

De nombreux travaux ou référentiels existent, permettant la mise en place de système qualité en recherche tels que :

Concernant l’UTC l’intérêt est dans un premier temps d’ordre médical. En effet l’étude de la marche au sein du département est liée à un sujet de thèse sur l’étude des démarches pathologiques et la compréhension de ce qui diffère de la normalité dans ces démarches (fonctionnement plus important de certains muscles, mise en contrainte inhabituelle de certains os ou articulations…).
Aujourd’hui les laboratoires d’essais et d’étalonnages sont de plus en plus nombreux à s’engager dans une démarche qualité.
Le groupe «  analyse de mouvement » de l’UTC part de zéro.
L’objectif est de viser une accréditation Cofrac ISO 17025 d’ici 2 ou 3 ans.
Le souhait au travers de ce projet est de devenir une référence pour les autres plateaux de système d’analyse du mouvement qui souhaiteraient mettre en place une démarche qualité.
Avoir une démarche qualité reconnue permettrait de garantir le déroulement des examens et, de justifier des résultats des travaux de recherche.

L’intérêt, concernant cette activité, est de prouver que les chercheurs de l’UTC ont une compétence qui est quantifiable et qualifiable et soient reconnus dans ce domaine.
A moyen terme cela permettrait à l’UTC d’obtenir des contrats et des sujets de thèse sur cette activité, de créer des partenariats avec les hôpitaux et cliniques et pourquoi pas avec des centres d’entrainement sportifs.

Avoir cette reconnaissance permettra à la recherche biomédicale de l’UTC de se faire reconnaître comme précurseur en terme de qualité mais également en terme de garantie des résultats pour l'analyse de mouvement.

Un autre enjeu, d’avoir une démarche qualité, pour le  groupe d’analyse du mouvement est de pouvoir se protéger en cas de poursuites judiciaires.

En effet, avoir un système qualité, qui lui permette de garantir ses résultats, permettra aux chercheurs d’écarter tout risque d’erreurs d’interprétation des données obtenues pouvant conduire à des diagnostics erronés pouvant conduire à des dommages irréparables en cas d'intervention chirurgicale.
Ce phénomène s’étant déjà produit pour une activité d’AQM à l’étranger, il est important de pouvoir justifier tout diagnostic fournià un chirurgien concernant le patient.
retour sommaire


3. L'activité "analyse du mouvement" de l'UTC

L'analyse de mouvements ou « MOCAP » (« MOTION CAPTURE ») sert à collecter toutes sortes d’informations sur le mouvement d’un ou de plusieurs sujets, de tel sorte que les paramètres liés au mouvement (par exemple la vitesse, l’angle, la distance etc..) puissent être connus, analysés, et exploités pour diriger d’autres applications. Lorsque les données sur le mouvement sont utilisées pour analyse,  ce sont des applications scientifiques qui sont concernées : analyse sportive, contrôle de robots, biomécanique…
Lorsque les données sur le  mouvement sont utilisées pour animer un personnage virtuel, simuler un mouvement, les applications concernées sont la production d’effets spéciaux, de programmes télé, de films, de jeux vidéo.  Lorsque les données sont utilisées en temps réel, on parle de réalité virtuelle, pour des domaines comme le jeu interactif, la direction virtuelle de musique, la réhabilitation virtuelle…

Pour ce projet, le sujet principal d’étude est donc l’analyse quantifiée de la marche (AQM).
Pour pouvoir analyser et modéliser le mouvement d’une personne, on utilise des capteurs qui sont fixés à des parties définies du corps que l’on veut étudier.


Le groupe de l’UTC travaille à l’aide de la technologie VICON [6].
Lors des examens, cette technologie est combinée avec d’autres équipements tels ceux pour la mesure de l’activité électrique musculaire (EMG) ou encore la mesure de la force appliquée au mouvement (plateforme de forme) pour obtenir des données physiques et d’informations sensorielles supplémentaires.
  
Concernant l’équipement, les chercheurs possèdent pour travailler :

tige
Tige de calibration et plateformes de force [9]
camera
caméras VICON [9]
PC
ordinateur pour exploitation des données [9]
centrale
Système d'acquisition et de traitement [9]



retour sommaire



III.    Présentation de la norme ISO/IEC 17025

De nos jours, les laboratoires doivent pouvoir fonctionner selon un système de management de la qualité conforme à l’ISO 9001 [7].
La norme ISO/IEC 17025, version 2005 reprend les éléments de l’ISO 9001 ainsi que les exigences techniques propres aux laboratoires.
Cette norme définit les prescriptions générales concernant la compétence  des laboratoires d’étalonnage et d’essais.
Cette norme peut se distinguer en deux grandes parties comme ci-dessous

ISO_17025
 
Figure 3 : norme iso 17025, source site access [8]

retour sommaire
Cependant une distinction peut être faite entre l’ISO 9001 et l’ISO 17025 :


En effet, les exigences managériales de l’iso 17025 ne sont pas tout à fait les mêmes que les exigences managériales de iso 9001.

Ex : l’approche processus existe dans la norme iso 9001 mais pas dans la norme iso 17025.

Définition  approche processus : Méthode destinée à maitriser et améliorer le fonctionnement d’un organisme.
17025
          distinction ISO 9001/ISO 17025 [8]
retour sommaire




IV.    Clarification de la problématique


1. QQOQCP

Avant toute chose, il faut définir une problématique concrète du sujet.
Pour cela, l’utilisation de l’outil QQOQCP semble adéquate.

QQOQCP

Figure 4 : grille de synthèse du QQOQCP [9]
retour sommaire

Il apparait clairement qu’il faut pouvoir garantir les résultats des expérimentations et également mettre en place un système fonctionnel de gestion des données.

2. Planification Dynamique Stratégique

Afin de mieux visualiser les objectifs, une PDS (Planification Stratégique Dynamique)
A été élaborée :

PDS
 
Figure 5 : Planification Stratégique Dynamique  [9]

retour sommaire

3. Risques projets

Avant d’aller plus loin dans ce projet, il faut considérer les différents risques qui peuvent être rencontrés et définir des mesures préventives.
Pour cela un diagramme en arbre a été réalisé, celui-ci découle d’un brainstorming suivi d’un diagramme d’affinités.

risques


Figure 6 : Risques projet et alternatives  [9]

retour sommaire





V.    Bilan intitial de l’analyse quantifiée de la marche ( AQM) au sein de l’UTC


1 Cartographie des processus de l’AQM

Afin de bien comprendre comment l’activité d’analyse quantifiée de la marche fonctionne, il est important d’en faire une représentation graphique compréhensible de tous.

Pour cela, l’utilisation pertinente d’une cartographie des processus permet de résumer le cadre de l’activité. Cette cartographie proposée ci-dessous met en évidence le déroulement complet de l’activité AQM actuelle.

cartographie_initiale
 
Figure 7 : Cartographie des processus du mouvement de la marche  [9]

retour sommaire





2 Déroulement d’une manipulation

Les différents processus de l’analyse de la marche ont été identifiés avec succès.
Afin de pouvoir aller plus loin dans l’exploration de cette activité, Un  schéma représentatif du processus de déroulement d’une Analyse Quantifiée de la Marche a été établi.
Celui-ci reprend les différentes étapes de l’expérimentation et permet de comprendre la réalisation d’un examen.

processus_examen 

Figure 8 : Processus de l'Analyse Quantifiée de la Marche (AQM)  [9]

retour sommaire


3 Autodiagnostic du groupe analyse du mouvement

       
        3.1 Présentation de l’outil d’autodiagnostic

Maintenant que le déroulement précis d’une expérimentation sur un patient est établi, il est temps de s’intéresser au fonctionnement du groupe d’analyse de mouvement du point de vue système qualité.
Pour cela, un autodiagnostic de l’activité vis-à-vis de la norme ISO 17025 sera fait dans un premier temps. Pour mener à bien cet autodiagnostic, le choix de l’utilisation d’un outil, conçu par un groupe projet de l’année dernière, a été validé.
Ce groupe a décrypté la norme sous forme de processus : qualité, réalisation, organisation, et pilotage. Cela a permis ensuite de créer la grille d’autodiagnostic que nous avons utilisé :

 
grille_auto_diagnostic

Figure 9 : Extrait de la grille d'autodiagnostic – Processus [10]
retour sommaire

        3.2 Interprétation des résultats

Pour procéder à cet autodiagnostic, les différents membres du groupe d’analyse du mouvement du laboratoire AQM ont été réunis en un seul rendez vous .Les différents membres ont remplis l’outil à tour de rôle.
Ensuite, les résultats, représentés sous forme de graphique, ont pu être interprétés. L’ergonomie de l’outil a été améliorée afin de permettre une compréhension aisée des résultats.
L’utilisation de cet outil pratique  a permis d’identifier sous forme de graphiques les faiblesses du laboratoire de capture de mouvement vis-à-vis des exigences de la norme ISO 17025.
Ainsi concernant les différents processus identifiés nous notons qu’il apparait une faiblesse au niveau du processus qualité comme le montre le résultat suivant :

approche_processus
 
Figure 10 : Résultat graphique par approche processus[9]
retour sommaire


Afin de déterminer les actions à mener en priorité, pour initier une démarche qualité, Il faut donc s’intéresser de plus près aux graphiques détaillant les chapitres de la norme afin d’identifier les faiblesses les plus évidentes de l’activité d'analyse du mouvement.  
Il apparait clairement, au niveau des prescriptions relatives au management, plusieurs pistes à explorer. Le graphique représentant les différents chapitres de ces prescriptions fait ressortir des écarts importants au niveau du système de management, de la maîtrise documentaire, des non-conformités, de l’action préventive et de l’audit interne.

Concernant les prescriptions relatives à la technique plusieurs points faibles ont également été identifiés. Ceux-ci concernent l’assurance de la qualité des résultats et la traçabilité du mesurage. Ces résultats sont représentés ci-dessous :
 
graphe_exigences_manageriales

Figure 11 : résultat du chapitre relatif aux exigences managériales [9]

retour sommaire

graphe_exigences_techniques
 
Figure 12 : résultat du chapitre relatif aux exigences techniques [9]

retour sommaire

Au regard de ces résultats, il apparait important de s’intéresser en priorité à  l’amélioration de la garantie métrologique.

En effet, avant même de pouvoir prétendre à une démarche qualité, il semble primordial de pouvoir garantir les résultats de mesures obtenus par les chercheurs.
Le choix de référentiel, pour la mise en place de la démarche qualité, par défaut est celui de l’ISO 17025 car c’est le plus connu.

Cependant ce choix est il le plus pertinent ?

En effet, cette norme impose, bien entendu, des exigences du point de vue de la métrologie.
Cependant, celle-ci s’intéresse à des méthodes et des processus de mesures déjà normalisés ou validées.
Etant donné qu’il s’agit, ici, d’une activité de recherche, ce choix n’est pas forcément le plus pertinent.

Il faut donc chercher un référentiel qui permette une démarche qualité à partir de méthodes développées par les chercheurs pour leur activité.
Il existe plusieurs référentiels adaptés pour les activités de recherche.


retour sommaire





VI.    Mise en œuvre des solutions

1 Choix du référentiel approprié

Un comparatif des référentiels les plus courants [11] permettra d’identifier le plus pertinent pour ce projet.
Une liste non exhaustive est présentée ci-dessous.

Pour chaque référentiel, les points forts et points faibles ont été identifiés.

Référentiels  Points  forts
 Points  faibles
NF EN ISO 13485 [12]
Spécifie les exigences d’un système de management de la qualité pouvant être utilisées par un organisme à des fins de conception et de développement, de production, d’installation, et de prestations associées des dispositifs médicaux. Le principal objectif de cette norme est de faciliter l’harmonisation des exigences réglementaires en matière de dispositifs médicaux applicables aux systèmes de management de la qualité.
NF EN ISO/CEI 17025 Etablit les exigences générales de compétence pour effectuer des essais et/ou des étalonnages, y compris l’échantillonnage. Traite des exigences en matière de compétence technique ainsi que de compétence managériale.
NF EN ISO 10012 [13]
 Destiné à fournir des exigences génériques et des guides d’application pour le management des processus de mesure et pour la confirmation des équipements de mesure utilisés pour démontrer la confirmation aux exigences métrologiques.
Pas d’exigence d’utilisation de méthodes normalisées
  Spécifie les exigences qualité relatives au système de management de la mesure qu’un organisme peut utiliser et intégrer dans le cadre du système de management global.
Moins connue que la 17025.
NF EN ISO 9001 Réputation mondiale en «système de management de la qualité», applicable à tout organisme et à tout produit. Image d’une démarche trop «industrielle» dans le domaine de la recherche.
Norme d’exigence client.

Figure 13 : tableau comparatif des référentiels applicables au projet [9]
retour sommaire


Au travers de ce comparatif, il apparaît clairement que, la norme ISO 10012 semble plus pertinente pour lancer une démarche qualité au niveau de l’activité analyse quantifiée de la marche.
En effet, alors que l’ISO 17025 exige des méthodes normalisées concernant les mesures, l’ISO 10012 s’avère plus flexible en permettant de rendre normalisée la méthode créée par le laboratoire.
Il est intéressant de noter, également, que l’ISO 10012 reprend les exigences de l’ISO 9001 ainsi que la rigueur de l’ISO 17025.
Utiliser cette norme permettrait au laboratoire de définir son propre protocole de mesure mais également de devenir son propre service métrologique.
La norme NF EN ISO 10012 est une norme qui met en évidence les atouts de la métrologie face au besoin croissant de maîtrise du produit par la maîtrise du processus de mesure. La métrologie, grâce à cette norme, se positionne comme un élément essentiel dans le management de la qualité. Elle précise et met en œuvre les compétences développées par la métrologie pour donner à l’entreprise des résultats de mesures d’analyses et d’essais fiables et pertinents qui permettent de prendre des décisions efficaces
Il apparait donc judicieux d’initier la démarche qualité en fonction de ce référentiel.

retour sommaire

2 Présentation de la norme ISO 10012

La norme ISO 10012 est une norme d’applicabilité comme point d’entrée à la satisfaction des exigences relatives au système de management de la mesure dans des activités de certification.
Ce choix laisse la possibilité d’une possible certification ou accréditation.

iso10012

 
Figure 14 : Architecture de la norme ISO10012 [9]
retour sommaire

CHAPITRE 7 ISO 10012 : Confirmation métrologique et processus de mesure

chapitre7
 

Figure 15 : chapitre 7 de la norme ISO10012 [9]

retour sommaire
3 Confirmation Métrologique

Afin de pouvoir garantir les résultats obtenus par les chercheurs, il faut assurer la garantie métrologique.
La garantie métrologique comprend l’étalonnage ou la vérification et doit satisfaire aux exigences métrologiques du processus de mesure.

Pour cela, il est important d’identifier chaque équipement afin de savoir quels types de mesures sont effectuées, et, si les valeurs mesurées sont rattachées au système international.
Une fois les différents équipements identifiés, il est important de vérifier ci ceux-ci sont étalonnés et si il existe un certificat le prouvant.
En effet, pouvoir fournir un certificat d’étalonnage viable permet de garantir que les résultats obtenus le sont avec des appareils fiables.

Etant donné que, ces équipements sont sensibles il est, également, important de déterminer des procédures internes permettant de vérifier, au moindre doute, que les équipements ne sont pas déréglés et, donc, donnent toujours de bonnes mesures.
L’intérêt de disposer d’une procédure interne de vérification des valeurs mesurées est utile lorsque l’on n’a pas le cycle de vie de l’équipement ou lorsqu’un événement vient perturber la disposition habituelle des équipements.

Ces différentes étapes sont primordiales dans le cadre de la garantie métrologique.
Dans un premier temps il faut donc déterminer quels équipements sont utilisés et quelles grandeurs sont mesurées :
retour sommaire

        3.1 Identification des matériels utilisés

Plate forme de force : [9]

plateforme
unités


   
Système Vicon : [9]

 
vicon
cam
unités_vicon
capteur
   

Electromyogramme : [9]
 
EMG
caractéristiquex_EMG

    
Maintenant que les équipements sont clairement identifiés, il faut s’intéresser à l’étalonnage de ceux-ci.
retour sommaire

        3.2 Obtention des certificats d’étalonnage

Le schéma ci-dessous permet de rattacher chaque appareil de mesure au fournisseur français et à son fabricant d’origine


processus_etalonnage
 
Figure 16 : descriptif d’obtention des certificats d’étalonnage [9]
retour sommaire


Les différents équipements utilisés pour l’AQM sont fournis par la société française Biométrics.

Une prise de contact avec cette société a permis de déterminer les actions à mettre en œuvre pour faire étalonner chaque appareil.

Ainsi, la plateforme de force est étalonnée par le fournisseur et les certificats sont à l’heure d’aujourd’hui au sein du laboratoire de l’UTC.

Pour faire ré-étalonner cet appareil, l’UTC doit s’adresser à Biométrics qui se charge des démarches auprès du fabricant comme le précise le schéma ci-dessous.

processus_plateforme

Figure 17 : schéma du processus d’étalonnage des plateformes de force [9]



retour sommaire


Concernant le système de capture d’image en trois dimensions VICON, il s’avère, qu’à l’heure d’aujourd’hui, il n’existe pas de certificat d’étalonnage pour ce type d’appareil.

Le calibrage de ce système se faisant à l’aide de la tige de calibration, il convient donc de contacter les organismes français aptes à fournir ce certificat tels que le CETIM ou le LNE.

A procédure pour l’étalonnage du système VICON est donc différente de celui des plateformes de forces comme le montre le schéma ci-dessous :

etalonnage_vicon

Figure 18 : processus d’étalonnage pour le système VICON [9]
retour sommaire

Pour le système de mesure EMG, il semble qu’il faille également s’adresser aux laboratoires d’étalonnage français.
La procédure est donc identique à celle pour le système VICON :

etalon_EMG
Figure 19 : processus d’étalonnage de l’électromyogramme [9]


retour sommaire

3.3 Traçabilité du matériel

Afin de garantir le bon fonctionnement des différents appareils utilisés pour l’AQM, il faut connaître leurs cycles de vie.

Pour cela, une fiche de vie des équipements à été créée, permettant désormais aux chercheurs de l’AQM d’assurer la traçabilité des appareils.

Afin de mieux déterminer quand il est nécessaire de renvoyer un appareil en réparation ou le faire ré-étalonner, une fiche d’enregistrement des anomalies a également été réalisée.


fiches

Figure 20 : fiches de vie des équipements et fiche d'anomalies [9]

Ces nouvelles pratiques mises en service au sein du laboratoire AQM de l’UTC sont une première étape dans la mise en place d’une démarche qualité.
D’autres étapes sont encore à réaliser dont :
  • la validation d’une méthode interne de vérification de l’étalonnage deséquipements afin de garantir que, en cas d’utilisation anormale d’un équipement (déplacement, prêt à une autre équipe…), celui-ci fournisse toujours des mesures fiables lors de son utilisation.
  • La mise en place d’un système commun d’information afin de permettre   aux chercheurs de centraliser leurs informations et ainsi d’avoir accès à leurs données rapidement.

retour sommaire




VII.    CONCLUSION


Le groupe d’analyse du mouvement de l’Université de Technologie de Compiègne a le souhait de mettre en place une politique qualité concernant son activité.

Un autodiagnostic, portant sur l’ISO 17025, a été réalisé permettant de mettre en évidence les points faibles de l’activité qui ne leur permet pas aujourd’hui de prétendre à une accréditation COFRAC.
La priorité ressortant de cet autodiagnostic est qu’il faut garantir les résultats de mesures obtenus lors d'un examen.

L’analyse du mouvement étant une activité de recherche il faut, afin de pouvoir lancer une démarche qualité, choisir un référentiel permettant de se baser sur des méthodes de travail non normalisées.
Pour cela, le choix de l’ISO 10012 a été validé.

Le choix a donc été porté, vis-à-vis de ce référentiel, de se concentrer dans un premier temps sur l'amélioration de la garantie métrologique.

Les processus concernant l’obtention des certificats d'étalonnage ayant été établis, un groupe de réflexion sur des moyens de vérification d’étalonnage en interne a été créé.
Cette vérification d’étalonnage interne devra permettre, en cas d’utilisation anormale des équipements (prêt à une autre équipe de chercheurs, déménagement des appareils…), de vérifier que ceux-ci donnent toujours les résultats attendus lors de leur réutilisation.
En parallèle, une fiche de vie du matériel ainsi qu'une fiche d'anomalies ont été fournies au groupe d’analyse de mouvement pour garantir la traçabilité et le suivi du matériel.

La démarche qualité, pour l’activité d’Analyse Quantifiée de la Marche de l’UTC, a donc été initialisée selon les recommandations de l’ISO 10012.

Ce projet n’est que l'initiation de la démarche qualité complète à mettre en place.

Des travaux devront être effectués concernant différents points qui ressortent comme étant faibles selon l’autodiagnostic de départ.
Ainsi, il faut mettre au point la gestion documentaire, la gestion des travaux non conformes et l’identification de mesures correctives.
Le système de management doit être également revu et une procédure d’audit interne doit être établie.

Il serait également judicieux de se rapprocher des services informatiques de l’UTC afin de créer un système de gestion d’information commun aux différentes activités d’analyse du mouvement.

La démarche qualité initiée étant basée sur l’ISO 10012, un projet de réalisation d’un outil d’autodiagnostic, sur cette norme, pourrait être réalisé par un prochain groupe projet master MQ.
Cet outil permettra aux autres plateaux de système d'analyse du mouvement, qui souhaiteraient suivre cette démarche qualité, de savoir ou ils se situent vis a vis de cette norme.


retour sommaire




VIII.    REFERENCES BILIOGRAPHIQUES

[1] Mise en œuvre de la norme iso 17025 : http://www.techniques-ingenieur.fr/, site consultée le 21/10/2010.

[2] COFRAC : http://www.cofrac.fr/fr/accreditation/ , site consulté le 12/12/2010.

[3] NF EN ISO/CEI 17025 : Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnages et d'essais, Ed Afnor, 2005 : http://www.afnor.org/.

[4] Site internet français sur l’Analyse Quantifiée de le Marche, http://analysedelamarche.fr/, site consulté le 11 /01/2011.

[5] FD X 50-550 Démarche qualité en recherche - Principes généraux et recommandations, Ed Afnor, 2001,   http://www.afnor.org/.

[6] SOCIETE VICON, Fabricant des appareils de capture de mouvement : http://www.vicon.com, site consulté le 01/10/2010.

[7] NF EN ISO 9001 : Systèmes de management de la qualité exigences, Ed Afnor, 2008, http://www.afnor.org/.

[8] Axess, Cabinet de conseil, audit et formation. Norme iso 17025,  http://www.axess-qualite.fr/iso-17025.html, site consulté le 29/09/2010.

[9]  Démarche qualité pour une plateforme d’analyse du mouvement , Eddy ROUZEL, Lamia DAOUDI, Mickael PAUCTON, Projet d'Intégration, MASTER Management de la Qualité (MQ), Mastère Spécialisé Normalisation, Qualité, Certification, Essai (NQCE), UTC, 2010-2011, http://www.utc.fr/master-qualite, rubrique « Travaux » n°166, site consulté le 11/01/11.

[10] Outil d’autodiagnostic sur la norme ISO17025 , Annunzio GIANNONI, Sofiane HAMITOUCHE, Nathalia MACIEL, Kerlany PEREIRA, Jean-Claude TEJONDON, Projet d'Intégration, MASTER Management de la Qualité (MQ), Mastère Spécialisé Normalisation, Qualité, Certification, Essai (NQCE), UTC, 2009-2010, http://www.utc.fr/master-qualite/, rubrique « Travaux » n°123, site consulté le 24/09/2010.

[11] FD X07-008 : Métrologie - Arborescence des normes et travaux sur la métrologie ("carte routière" des normes), Ed Afnor, 2008, http://www.afnor.org/.

[12] NF EN ISO 13485 : Dispositifs médicaux – Systèmes de management de la qualité – Exigences à des fins réglementaires, Ed Afnor, 2004, http://www.afnor.org/.

[13] NF EN ISO 10012 : Exigences pour les processus et les équipements de mesure, Ed Afnor, 2003, http://www.afnor.org/.

retour sommaire





IX ANNEXES

Annexe 1 : Résultat de l'autodiagnostic de l'activité capture de mouvement de l'UTC

Annexe 2 : Fiches de vie des équipements

Annexe 3 : Fiche de suivi des anomalies

retour sommaire